Corine Grassiot art therapie logo Facebook

L'Art-Thérapie

De quoi s'agit-il ?

création artistique dans une démarche thérapeutique

L'Art-Thérapie, discipline para-médicale s'appuyant sur les processus psychiques activés pendant tout acte de création, est utilisée dans le champ de la prévention, de l'aide et du soin.
Elle est indiquée dans le cadre de problématiques diverses tant relationnelles que dépressives ou psychosomatiques.
Il peut s'agir de :
-manque de confiance en soi, repli sur soi
-état dépressif, anxiété
-conduites addictives, troubles du comportement alimentaire
-phobies, névroses
-handicaps physiques et/ou psychiques...

mais aussi les troubles rencontrés dans le cas de pathologies plus sévères comme :
-la maladie d'Alzheimer
-les maladies cancéreuses, les maladies respiratoires
-les psychoses, l'autisme...

Les objectifs sont multiples:
♦ créer de l'affect, du lien, renforcer le sentiment de "soi"
♦ faciliter la relation et l'adaptation au réel, restaurer certaines fonctions défaillantes
♦ exprimer des désirs, contenir des pulsions
♦ débloquer l'action et l'expression...

L'Art-Thérapie a toute sa place quand «le mal-être» ne trouve pas les mots pour s'exprimer.
C'est une forme de psychothérapie qui contourne les barrières, les limites du langage, grâce aux processus mis en place pour "créer".

Plusieurs approches sont possibles :
-L'Art-Thérapie préventive ou de soutien (approche collective) : l'Art-Thérapeute donne les mêmes consignes pour l'ensemble des personnes du groupe. Ici est recherché bien-être, découverte de soi, rencontre avec "l'autre", évacuation de tensions, préservation des capacités existantes...
-L'Art-Thérapie dynamique ou curative (approche personnalisée) : l'Art-Thérapeute donne des consignes particulières à la personne que celle-ci soit en séance parmi d'autres personnes (maximum 6 pers.) ou en séance individuelle. Cette forme est plus adaptée lorsqu'il y une demande ou un besoin spécifique pour un changement plus ou moins profond.

Le but n'étant pas de former des artistes ou de produire des oeuvres d'Art, il n'est pas nécessaire d'avoir des capacités artistiques particulières. Les créations ne sont ni interprêtées ni analysées par le thérapeute; elles servent de guide, de support pour conduire la personne vers un cheminement personnel.
dramathérapie, thérapie par le théâtre

Petit historique

Il semble intéressant de faire un petit historique quant à cette discipline.

L'application de l'Art à des fins thérapeutiques n'est pas un concept nouveau. La Grèce antique, tout comme la plupart des cultures traditionnelles, considérait que les Arts avaient un effet cathartique et thérapeutique. L'utilisation de l'Art dans toutes ses expressions comme interface entre l'imaginaire, l'inconscient ou le délirant et le thérapeute remonte aux débuts du 19ème siècle.

A la maison de santé de Charenton, le marquis de SADE, interné en raison de ses écrits jugés scandaleux et obscènes, mettait en scène des pièces de théâtre où acteurs professionnels, malades et soignants se mêlaient pour jouer les comédiens.

Aux Etats-Unis, l'Art-Thérapie va ainsi évoluer d'une idée de diversion vers passe-temps, occupation thérapeutique, puis vers la notion de réadaptation, rééducation, voire "rédemption sociale"; l'ergothérapie (du Grec ergon thérapeia: littéralement le soin par le travail) fait ainsi son apparition. Les activités étaient alors logiquement plus tournées vers l'artisanat.

En France, J. M. CHARCOT, ainsi que ses élèves, furent les premiers à "décrypter" les oeuvres artistiques des patients. FREUD, également, s'intéressera aux créations artistiques et insistera le plus souvent sur les signes, manifestés dans l'oeuvre, quant à la présence de problèmes ou d'états liés à l'inconscient. Au début du 20ème siècle, Carl G. JUNG, psychiatre suisse, avait déjà lui-même expérimenté les bienfaits de l'expression par le dessin ; approche qu'il a ensuite intégré dans sa pratique. Toutefois, l'Art-Thérapie n'a fait son entrée officielle dans la société contemporaine que vers les années 1930 ; d'abord en Angleterre et aux États-Unis grâce à Margaret NAUMBURG, enseignante et psychothérapeute, reconnue comme l'une des pionnières dans le domaine.

Par ailleurs, il est intéressant de faire un parallèle entre l'Art-Thérapie et l'Art brut, un mouvement lancé en 1945 par le peintre français Jean DUBUFFET, à cause de la similarité du processus créatif qui vise essentiellement l'expression spontanée et personnelle. Mais l'Art-Thérapie se démarque fondamentalement de l'Art brut quant à la finalité des oeuvres : celles-ci ne sont pas destinées à la foule lors d'expositions mais à une équipe thérapeutique.

Au Canada, parmi les thérapeutes ayant contribué à l'intégration de l'Art dans le cadre de traitements psychiatriques, mentionnons Martin A. FISHER, pédiatre, qui a fondé, en 1967, le Toronto Art Therapy Institute et, en 1977, la Canadian Art Therapy Association. Au Québec, le premier cours d'initiation à l'Art-Thérapie remonte à 1979 et, dès 1982, un programme universitaire de maîtrise est mis sur pied. En France, en dépit des programmes de formation offerts depuis les années 1970, l'Art-Thérapie n'est pas encore très répandue. L'Angleterre est le premier pays européen où la profession a été reconnue par les services de santé publique, en 1997. En Allemagne, les assurances couvrent, dans certains cas, les frais de prise en charge.

En France, certaines mutuelles commencent néanmoins à rembourser tout ou partie des séances d'Art-Thérapie, pensez à vous renseigner...

Concepteur du site © 2011 - Corine Grassiot Haut de page